Week-end diplomatique intense pour le gouvernement turc

18 février 2018 à 05h06 - 2522 vues

La 54ème édition de la Conférence de Munich sur la sécurité dure 3 jours et se termine ce soir, avec la participation de 600 personnes dont 21 dirigeants d'États et 75 ministres des Affaires étrangères et de la Défense.

Le premier ministre turc Binali Y?ld?r?m et le ministre des Affaires étrangères, Mevlüt Çavu?o?lu, le ministre de la Défense Nurettin Canikli, le Ministre de l'Intérieur, Süleyman Soylu ont rencontré plusieurs de leurs homologues lors d'entretiens bilatéraux en marge de la conférence.

Le premier ministre turc qui est rentré ce matin à Ankara en compagnie de N. Canikli et de S. Soylu s'est entrenu, vendredi, avec son homologue allemande, la chancelière Angela Merkel. À l'issue de leur entretien, dans une conférence de presse, ils ont donné les signaux d'une amélioration visible des relations tendues depuis quelques mois entre les deux partenaires stratégiques. La presse allemande a généralement interprété la libération par la Justice turque du journaliste germano-turc Deniz Yücel détenu pour accusations liées au terrorisme comme un signe de cette amélioration. Çavu?o?lu a rappelé l'indépendance de la Justice turque.

Dans les media turcs, l'accent était porté sur le laxisme des autorités allemandes vis-à-vis des partisans et sympathisants du groupe terroriste PKK-PYD-YPG qu'elle laissent défiler librement dans leurs villes. De manière similaire, l'interdiction de certaines de ces manifestations par les autorités allemandes ces derniers jours a été considérée de bon augure par les media turcs.

Le chef du gouvernement turc a par ailleurs rencontré son homologue français, Édouard Philippe, samedi. Lors de l'entretien de trente minutes, il a été question de la Syrie et de l'opération anti-terroriste Rameau d'olivier. La rencontre a été décrite comme positive par les deux parties.

Dans un entretien accordé à la BBC, la veille de la Conférence, Y?ld?r?m, en réponse aux accusations de la diplomatie et des media publics français concernant d'éventuelles victimes civiles dans la zone d'Afrin avait rappelé toutes les précautions prises par la Turquie pour protéger les civils. Il avait également condamné, une nouvelle fois, les mensonges du groupe terroriste YPG/PYD/PKK relayés par nombre de media européens et américains. Vendredi, à Munich, à un journaliste lui montrant une image d'un enfant blessé, laissant penser que la photo serait prise à Afrin et que l'opération turque serait la cause de cette victime, il a démontré preuve à l'appui que cette image provenait d'une autre zone de la Syrie et qu'elle avait été publiée en 2016 par un journal allemand traitant de bombardement russes sur la Syrie depuis l'Iran.

Parmi les rencontres du premier ministre turc, figureraient également le président de la Commission Européenne, Jean-Claude Juncker, l'Émir du Qatar, Cheick Tamim Al-Thani, le premier ministre bulgare Boïko Borisov qui assume la présidence tournante de l'Union Européenne, ainsi que Jens Stoltenberg, Secrétaire général de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN).

Dans son agenda également très chargé, le ministre turc des Affaires Étrangères, Mevlüt Çavu?o?lu, après avoir rencontré son homologue américain, Rex Tillerson à Ankara, a discuté à Munich avec plusieurs de ses homologues, dont l'Allemand, Siegmar Gabriel.

 

 

 

 

 Ümit Dönmez